Démarrage des travaux du barrage hydroélectrique de Gouina. Un ambitieux projet pour augmenter les capacités énergétiques

  • vue des site de Gouina

Les Chefs d’Etat des pays membres de l’Omvs vont procéder à la pose de la première pierre du barrage hydroélectrique de Gouina ce 17 décembre 2013.
Cet aménagement représente un nouveau projet ambitieux porté par l’Omvs pour maîtriser et valoriser la ressource que constitue le fleuve Sénégal pour les quatre pays qu’il traverse : la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.
Le barrage de Gouina revêt une importance particulière à l’heure où le secteur de l’énergie des pays membres est de plus en plus dépendant des importations d’hydrocarbures.
Situé en territoire malien, à environ 80 km en amont de la ville de Kayes, 195 km à l'aval du barrage de Manantali, et 64 km à l’amont des chutes de Félou, Gouina démarre ses travaux en Décembre prochain. Le projet consiste en la construction d'un barrage à seuil déversant au droit du lit mineur du fleuve à l'amont immédiat des chutes de Gouina, la création d'un réservoir à la côte de retenue normale 75, et la construction d'un canal de dérivation et d'une usine hydroélectrique de 140 MW de puissance installée en rive gauche. Le productible attendu est estimé à 620GWh.
Ouvrage au fil de l'eau, Gouina a une cote de retenue normale de 75 mètres avec une longueur de 1230 mètres. La chute est estimée à 23,5 mètres. 3 groupes de type Kaplan sont prévus. La réception de Gouina est prévue avant 2017.
Ce barrage complètera les deux autres centrales hydroélectriques de l’OMVS : le barrage de Manantali, construit au cours des années 1980, et celui de Félou réceptionné en décembre et qui ajoute une puissance de 60 mw.