Initiatives pour l'Avenir des Grands Fleuves se penche sur le fleuve Sénégal

  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF
  • 6eme session IAGF

L’association internationale Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves, IAGF, a consacré sa 6ème session au fleuve Sénégal. C’est donc aux côtés de l’Omvs qu’elle s’est penchée du 9 au 13 avril 2018 sur sa gestion, les missions et projets de l’Omvs, avec un focus spécial sur le Projet Navigation. C’est la première fois que l’IAGF se réunit en Afrique et consacre ses travaux à un fleuve du continent.

C’est tout le système OMVS qui s’est mobilisé pour accueillir les experts de IAGF, avec à leur tête M. Eric Orsenna, Économiste, écrivain, membre de l’Académie Française, et spécialiste du développement durable. Le coup d’envoi a été donné le 10 avril par le ministre de l’hydraulique et de l’assainissement du Sénégal, M Mansour Faye, par ailleurs Maire de la ville de Saint Louis où se sont déroulées les 2 premiers jours de cette session consacrée à l’aménagement du fleuve Sénégal. Cette dernière avait pour thème « Rendre le fleuve Sénégal navigable pour en faire un instrument de développement économique et d’intégration » ; autour de la table, outre ceux de l’OMVS, les panelistes de IAGF, des experts réputés issus de régions du monde et de disciplines variées et complémentaires : médecins, anthropologue, gestionnaires de grands ports ou de voies navigables, de barrages, climatiques et hydrologues, etc.

Le rôle et la gestion du barrage de Diama, la brèche, l’envahissement du fleuve par les plantes aquatiques nuisibles (typha), l’agriculture irriguée dans la vallée, les maladies d’origine hydrique, les conséquences de l’élévation du niveau de la mer sur le littoral ouest africain et à Saint Louis, sont quelques-uns des thèmes passés en revue en prélude à l’examen du projet navigation auquel sera consacrée la journée du 12 avril.

« Améliorer notre projet, éviter les erreurs »

S’exprimant à l’issue des travaux de ce 12 avril, le Haut Commissaire de l’OMVS, M. Hamed Diane Séméga a rappelé le contexte et les enjeux : la navigation, projet structurant vital et prioritaire pour l’Organisation, est aujourd’hui sur le chemin critique. Il était bon de le soumettre à l’assaut des expériences de l’IAGF. "Cette session a été l’occasion d’enrichir notre projet par de nouvelles pistes qui ont été ouvertes et qui ne retardent en rien la mise en œuvre du projet navigation ; elles permettent au contraire de tenir compte de certaines faiblesses notées ou erreurs commises ailleurs, pour que cela soit corrigé", a déclaré M. Séméga.

Quant à M. Orsenna, président de IAGF, il a invité l’OMVS à profiter de la mise en œuvre du Projet navigation pour confirmer son leadership en explorant des solutions innovantes, avant gardistes, en inventant son propre modèle de développement, et ce faisant, peut être inventer un nouveau modèle de développement pour le monde et une nouvelle modernité.

Signalons enfin qu’à l’occasion de cette 6ème session de IAGF, un accord-cadre de coopération d’une durée de trois ans a été signé entre la Société d’exploitation des aménagements de Manantali et Felou (SEMAF, société de l’OMVS) et l’agence française Compagnie nationale du Rhône (CNR), qui gère 19 barrages sur ce fleuve. Cet accord porte principalement sur la réalisation de missions d’assistance technique et de transfert de compétences. "Il illustre le savoir-faire reconnu dans le monde entier de CNR en ingénierie hydraulique", ont indiqué respectivement le directeur général de SEMAF, Mohamed Bahiya Mogaha et Elisabeth Ayrault, la PDG de CNR.

C’est la CNR qui a créé l'association Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves, lieu de débat pour définir la place du fleuve dans le monde de demain et enrichir les réflexions autour de la transition énergétique et de l’émergence d’un monde durable. Ce panel international forme le cœur de l’activité de IAGF : tous les 6 mois, il se réunit pour travailler durant quatre jours sur une ou plusieurs thématiques concrètes. Ces rencontres servent également à lancer les projets de long terme.