Projet de Gestion Intégrée des Ressources en Eau et de Développement des usages à buts multiples (PGIRE)

Le Programme de Gestion Intégrée des Ressources en Eau et de Développement des Usages Multiples (PGIRE)  est un programme de développement complet et innovant formulé pour renforcer l'intégration régionale des 4 pays riverains et améliorer les conditions de vie des populations. Il est étalé sur une décennie (2007-2017) et scindé en deux phases quinquennales pour un montant global de 220 millions de $. Le PGIRE met l'accent sur cinq (5) activités clés :

  1. la modernisation des institutions intervenant dans la gestion du bassin du fleuve Sénégal,
  2. la planification, la gestion et la mise en valeur des ressources au niveau régional,
  3. l'expansion des ouvrages hydrauliques,
  4. l'atténuation des effets sanitaires induits par ces ouvrages,
  5. la promotion de la croissance économique à travers des activités connexes de développement du secteur de l'eau tout en améliorant les conditions sociales et    environnementales du bassin.

La première phase (2007-2013), a mobilisé grâce au concours de l'IDA, de l'Agence Française de Développement, de la Banque Africaine de Développement, un investissement de 110 millions de $.

Après un quinquennat de mise en œuvre, des réalisations concrètes, sont perceptibles dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de la lutte contre les maladies hydriques dans les zones d’intervention du Projet, occasionnant ainsi, des retombées socio-économiques significatives sur les populations dans les localités suivantes :

  • Matam et Dagana (Sénégal) ;
  • Kayes et Bafoulabé (Mali) ;
  • Mamou et Labé (Guinée) ;
  • Trarza et Gorgol (Mauritanie).

Ainsi la mise en œuvre des activités du volet hydro-agricole du PGIRE a permis d’aménager d’importantes superficies (43.000 Ha) en irrigation, en décrue contrôlée et bas fonds, et d’augmenter les productions. Plus de 15.000 propriétaires ont été touchés, correspondant à plus de 110. 000 bénéficiaires dont les revenus ont été fortement améliorés. Par ailleurs 2 Km de berges et 2500 ha de zones boisées ont été reconstituées  dans les principales zones vulnérables et dégradées en Guinée et au Mali.

Le volet pêche du PGIRE, a boosté un secteur vital dans le bassin   : dons de pirogues (185) et de milliers d’équipements divers de pêche, construction d’infrastructures (4) débarcadères, (3) marchés, aires de transformation, hangars de stockage, unités de fabrique de glaces), formation des acteurs, etc.

Dans le cadre du volet  Santé, plus de 3.000.000 de MILDA ont été distribuées, permettant ainsi une amélioration très sensible de taux de possession, qui est passé de 73 à 83% et du taux d’utilisation qui est de 74,1 contre 57,5% pour les enfants de moins de 5ans. Parrallèlement des campagnes de traitement de masse au praziquantel et à l’Albendazole ont permis de traiter plus 2,5 millions d’enfants en âge scolaire et 1,4 millions d’adultes contre la bilharziose. Ces actions, ont également été  l’occasion de renforcer la capacité de la Société Civile (150 ONGs et OGB),  de 7000 acteurs de la Santé et la sensibilisation de plus de 2 millions de personnes.

Sous un autre registre, le PGIRE a accompagné l’OMVS dans l’intégration de la Guinée et la modernisation graduelle du cadre institutionnel, juridique et technique.

C’est aussi dans le cadre du PGIRE que l’OMVS a posé des jalons pour l’avenir : préparation des prochaines  infrastructures (études des barrages de Koukoutamba, Gourbassi, Boureya et Gouina) ; élaboration d’un Plan Directeur et d’une Politique Énergétique Commune ; formulation du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion du bassin (SDAGE) pour les 25 prochaines années.

Enfin, l’Omvs a rénové et modernisé son Centre de Documentation et d’Archives.

Les résultats obtenus durant cette première phase du Projet, qui a amorcé une dynamique endogène de développement local, ont fortement suscité l’adhésion des populations bénéficiaires et convaincu les partenaires de la nécessité de poursuivre les actions déjà engagées dans une seconde phase dont l’identification et la formulation sont en cours.

CONTACT: omvssphc@omvs.org 

13 Mars 2015 Nouveau !!! PGIRE 2 : Instruments de Sauvegarde

RESUME DE PUBLICATION :

Les Gouvernements de la République de Guinée, du Mali, du Sénégal et de la République Islamique de Mauritanie, avec l’appui de la Banque mondiale (IDA), du Fonds Mondial pour l’Environnement (GEF) et du Trust Funds du Royaume des Pays Bas (TF) mettront en oeuvre, pour la période 2014-2021 à travers l’OMVS, la seconde phase du Programme de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PGIRE II). Conformément aux bonnes pratiques de classification de la Banque Mondiale, le programme est classé dans sa globalité dans la catégorie d'évaluation environnementale A, compte tenu des études sur les barrages hydroélectriques ainsi que des impacts attendus des activités hydroagricoles et de la pêche.

Liens des differentes publications : http://www.portail-omvs.org/documentation/publications

MAJ 28 Aout 2015 - mody.seck@omvs.org