Energie -Les choix stratégiques de l’OMVS



Les pays membres de l’OMVS ont très tôt misé sur l’énergie hydroélectrique pour résorber leur déficit énergétique, diversifier les sources de production, et favoriser leur développement industriel. Très tôt un programme d’infrastructures a été défini pour régulariser les débits du fleuve et produire de l’énergie bon marché grâce à la construction de barrages hydroélectriques

 

Des études ont permis de répertorier des sites potentiels de barrages et d’entamer leur réalisation.

L’OMVS a aujourd’hui à son actif deux ouvrages hydroélectriques:

Þ  Le complexe de Manantali (le barrage et sa centrale, 2002) situé sur le Bafing. Avec une puissance installée de 200 MW, il produit en moyenne 800 GWh/an qui sont livrés aux sociétés nationales d’électricité du Mali (52%), de la Mauritanie (15%) et du Sénégal (33%)

Þ  L’aménagement de Félou (2013), qui produit en moyenne 60 MW injectés dans le réseau de Manantali .

La production d’énergie est acheminée vers les Etats par le Réseau de transport interconnecté de Manantali (RIMA), long de 1700km. A ce jour la puissance totale installée du RIMA est 260Mw.

La Société de Gestion de l'Energie de Manantali (SOGEM), créée en janvier 1997 par les Etats membres, est chargée de l’exploitation, l’entretien et le renouvellement de Manantali et des Ouvrages Communs dont la gestion lui est confiée. Pour permettre également aux plus démunis de bénéficier des retombées des barrages, l’OMVS exécute depuis 2004 un important programme d’électrification rurale en faveur notamment des localités situées le long des lignes haute tension.

Avec l’aménagement de Félou, l’OMVS a engagé la réalisation des ouvrages hydroélectriques dits de seconde génération. A l'achèvement de ces projets de barrages le système Energie de l’OMVS  devrait atteindre une puissance installée d’environ 2000 MW. A titre indicatif, la consommation annuelle du Sénégal est de 3000 Gwh.

Par ailleurs une trentaine de sites ont été identifiés en Guinée pour l’édification de micro- centrales dédiées à l’électrification rurale. 

 

Le Plan directeur de Développement du Réseau de transport d’énergie

L’OMVS s’est doté d’un Schéma Directeur de Développement du Réseau de Transport Électrique pour répondre à l’évolution prévisible de la production, du transport, des échanges et de la consommation de l’électricité à moyen et long terme. Il s’agit de planifier le développement graduel du réseau actuel en prévoyant :

-l’évacuation de la production des futures centrales hydroélectriques de l’OMVS ;

 -l’intégration des projets nationaux et régionaux de développement énergétique  des pays membres ;

 -l’interconnexion du  réseau de transport OMVS aux réseaux nationaux et régionaux, comme celui de l’OMVG (organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Gambie).

 

La Politique Energétique Commune

 

Pour faire face au déficit énergétique, l’OMVS a entrepris d’élaborer une Politique Energétique Commune (PEC), visant  l’augmentation et l’amélioration de la production et la fourniture d’énergie. Il s’agit de mettre en place un cadre régulateur et planificateur supranational du secteur énergétique des quatre pays membres de l’OMVS.

La PEC, a pour objectifs de définir:

  • un plan de développement optimal articulé autour des ressources hydroélectriques du bassin du fleuve Sénégal, des réseaux d’interconnexion et des programmes de renforcement des capacités nationales de production et de transport ;
  • une politique tarifaire pour les échanges d’énergie ;
  • un cadre institutionnel coordonné prenant en compte l’interconnexion des réseaux, l’ouverture du marché aux producteurs privés d’électricité et l’accès des tiers aux réseaux interconnectés ;
  • une politique de développement et de gestion des liaisons à travers le Câble de Garde à Fibres Optiques (CGFO) de Manantali.

 

Conformément à la convention du 21 décembre 1978, les ouvrages de l’OMVS (notamment les barrages et les ouvrages de la navigation) sont des « ouvrages communs », c'est-à-dire qu’ils sont la propriété commune et indivisible des Etats membres.